//
vous lisez...
Article

Le président ment, Germanwings est allemand !

Et si c’était vrai?
Et si Andreas Lubitz ne s’était pas suicidé…

Et si c’était vrai? Et si Andreas Lubitz ne s’était pas suicidé…

[Photo d’une « boite noire qui date de plusieurs années. Pas en service sur les A380]

Si le copilote de l’A320 ne s’est pas suicidé, toute la narrative officielle tombe à l’eau. Et d’où nous vient cette narrative officielle ? des autorités françaises ? [Non] des Etats-Unis ! Le début de la construction de l’histoire officielle a été lancé par le [journal américain] New York Times, [puis] repris par tous les médias du monde, y compris français. [Ce pseudo] suicide [est] bien commode, comme beaucoup de suicides sans cause brandis dès qu’une explication embarrassante doit être fournie. [Et puis les morts … ne parlent pas ;)]

Il suffit de sortir de l’écoute passive du ronronnement médiatique et d’observer et analyser les discours, pour se rendre compte que tout ce qui s’est dit jusqu’ici est un tissu de mensonges encore plus vicieux que celui concernant le 11 septembre, car ici, il y a une construction méthodique, brique après brique, du mensonge. On ne sait pas ce qui s’est passé et on ne le saura peut-être jamais, mais on sait déjà que les explications officielles ne tiennent pas la route et omettent beaucoup d’éléments qui contredisent les discours.

Unknown-8

Qu’y a-t-il de faux, dans le discours actuellement en vogue ?

Le copilote Lubitz n’a pas pu vouloir se suicider. Un jeune pilote reconnu à 100% apte à piloter selon les normes très, très strictes appliquées dans le domaine de l’aviation, surtout dans un pays comme l’Allemagne, ne peut pas se transformer, le temps d’un crash, en un psychopathe bourré de médicaments. Tous ceux qui l’ont connu rejettent ces allégations. Si elles étaient vraies, alors ne prenez plus l’avion, les normes ne servant à rien.

Du coup, la conversation calme entre les deux pilotes à travers la porte verrouillée du cockpit dont nous parle le New York Times n’a pu avoir lieu. Si elle avait eu lieu, cela voudrait dire que le jeune homme, en n’ouvrant pas la porte, soit voulait se suicider, ce que nous avons écarté, soit était inconscient, ce qui rendrait toute conversation impossible.

[Lors d’un émission télévisé, monsieur Arnoux, pilote professionnel nous a rappelé que contrairement à ce qui a été dit par le procureur de la République de Marseille, il est impossible, eu égard au niveau sonore élevé d’une cabine de pilotage, d’entendre le bruit d’une respiration et que les bruits de manipulation du bouton de correction d’altitude ne peuvent, eux non plus, être perçu à la raison que l’actionnement de ce dispositif ne fait strictement … aucun bruit. Ndle.]

Germanwings-plane-crash-269513-500x381

Donc le New York Times ment, et tout ce qui en découle est faux.

Le crash des Alpes rappelle étrangement le crash d’Air Algérie en provenance de Ouagadougou qui a eu lieu au Mali au mois de juillet dernier. On avait retrouvé des débris sur plusieurs kilomètres, et aucun impact significatif au sol, comme s’il avait été pulvérisé en plein vol. Dans les Alpes, nous avons à peu près le même schéma. Débris éparpillés un peu partout, et aucun impact sur la montagne. Ce qui voudrait dire que l’avion ne s’est pas écrasé entier au sol, et qu’il avait commencé à se désintégrer en vol.

Ce que semble d’ailleurs confirmer les témoignages oculaires des habitants de la région recueillis à la base aérienne d’Orange. Ces témoins affirment avoir entendu des explosions et vu de la fumée sortant de l’avion. Ce qui, en passant, démolit le récit du New York Times, car on ne voit pas comment le commandant de bord pourrait aller « aux toilettes » et revenir tenir une conversation calme avec son copilote, pendant que son avion est en feu.

Que vient faire le FBI dans cette histoire ? Si les hommes politiques français peuvent être soupçonnés d’allégeance à des forces hégémoniques extérieures, ce n’est pas le cas des administrations françaises. A ce stade des investigations, il est difficile d’imaginer la machine judiciaire française demander le concours du FBI autrement que sous forme d’échange de renseignements, et les procédures judiciaires n’ont pas la réputation d’être simples et rapides. Et pourtant le FBI a été « appelé » à la rescousse, à moins qu’il ne se soit appelé lui-même.

Puisque les raisons du crash semblent destinées à être cachées, il est probable que dans les jours à venir, nous ayons régulièrement des révélations gardées bien au chaud, avec l’aide bienveillante des grands médias dont nous savons pourtant que toute révélation émanant d’eux ne peut être qu’une révélation commandée.

Que s’est-il passé de si grave qui oblige les officiels à s’empêtrer dans des contorsions mensongères, allant jusqu’à salir un jeune pilote qui, d’après les témoignages, n’aurait pas fait de mal à une mouche ? La coopération internationale dans le mensonge est évidente, et c’est d’autant plus inquiétant.

Source

Publicités

À propos de Lio de France

Lisez donc les posts de mes blogs : https://histoiresdefrance.wordpress.com http://polytechniquemines.wordpress.com http://viaducdufrioul.wordpress.com http://actionetcommunication.wordpress.com http://mercuredordefrance.wordpress.com http://atrium-center.blogspot.com http://delannoy.blogspirit.com ainsi que les blogs en français dont je corrige l'orthographe : http://chayR.blogspirit.com http://cigp.blogspirit.com http://doublegenre.wordpress.com

Discussion

3 réflexions sur “Le président ment, Germanwings est allemand !

  1. Caro

    Je partage totalement cette sensation . Ils en font trop … et il y a trop d’omissions comme le rapport du chasseur de l’armée de l’air ou du pilote d’hélicoptère dont certains disent l’avoir vu en même temps que l’avion lui même avant le crash .

    L’histoire de l’arrêt maladie déchiré me parait totalement surréaliste venant d’un psychiatre dont théoriquement la première mission est de protéger son patient contre lui même , encore plus si le comportement de ce dernier met en danger la vie d’autrui .. J’ai du mal à imaginer que le médeçin ayant prescrit ces arrêts de travail ignorait le métier de son patient . Et dans ce cas , il y a des prescriptions que les médeçins n’hésitent pas à faire qui se nomment pudiquement « cures de repos » ou en langage clair : « internement psychiatrique » .

    Sinon cela veut dire que les médecins allemands sont encore plus irresponsables que les compagnies aériennes ?? qui violent sciemment des normes Européennes très strictes que les allemands ont contribué à mettre en place et que l’on peut trouver publiquement ici ?

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000632346&dateTexte=&categorieLien=id

    Vous verrez que ce texte très précis et très complet rend théoriquement quasiment impossible ce à quoi nous venons d’assister ou plutôt la version officielle qui nous en est délivrée .
    en particulier :
    Article 5 et les appendices qui suivent .

    J'aime

    Publié par Caro | 1 avril 2015, 13 h 47 min
  2. [Si] l’avion obéit aux lois de la physique, super, vous arrivez sur mon terrain, je ne peux pas vous contredire la dessus. Alors allons y sur ce terrain, nous sommes donc ok pour accepter que toutes ces lois sont immuables et incontournables …

    Avant tout, je me présente, @macvv21, 10 ans de travaux, la mécanique, cinématique, et résistance des matériaux, théorique et pratique , travail sur machine , essai Rockwell de dureté, et travail d’évaluation chiffré sur la résistance, à la torsion, compression, retirement, flexion des métaux.. et résistance aux chocs etc …

    Ceci, pour que vous compreniez bien que je ne tire pas mes conclusions d’un chapeau, mais d’une inconsciente compétence, acquise , grâce a de longues pratiques ,libre a vous par la suite de les ignorer.
    le crash de l’Airbus A320 dans ce vallon des alpes , est une farce , ou plutôt une véritable escroquerie , même ceux qui ont commenté les images , avaient l’air surpris , de présenter un Airbus A320 en miette , et pour cause .
    je vais faire simple , , pas une conférence , il est tard et je suis fatigué.

    Règle élémentaire, EN PHYSIQUE DES MATERIAUX
    Pour séparer un corps, qq soit sa matière en plusieurs éléments, il faut impérativement que soient réunies trois conditions .
    1…une force suffisante proportionnelle aux propriété mécanique du dit corps.
    2…une force dans la bonne direction de séparation, sur tout sa section .
    3…..une durée de force proportionnelle a la résilience.

    Ceci est de la physique de base, évidente, qui nous oblige a accepter, pour exemple , que pour exploser un fuselage de cet avion comme, il semblerait que c’est le cas, chaque petit morceaux, ait remplis les trois conditions , et cela en quelques secondes, le temps d’un crash … et que ce miracle ce soit produit sur tout les éléments de l’avion, y compris les moteurs de 2, 5 tonnes, et les grands longerons en aciers, qui assurent la rigidité de l’appareil.

    La vitesse de percussion, que d’ailleurs personne ne connait, encore moins les médias, ne change rien absolument à la façon dont aurait du se comporter, l’avion lors de l’impact, que l’on est incapable de situer, étrangement, pas plus que des traces d’incendie.

    De grands pans de fuselages et ailes devraient apparaître sur lieux, c’est incontournable !
    Ces lois de la mécaniques s’appliquent évidement aux plus de 150 sièges de l’avion, et moteurs dont il ne reste rien absolument rien … et vous dites qu’un avion obéit aux lois de la physique : en vol , mais apparemment pas au sol alors ….lol.
    Comme moi, vous devez avoir une intelligence spatiale assez développée.

    J’estime le poids des débris, à, allez, pour être sympa …10 tonnes grand maximum et je ne sais même pas où ils sont ……QUID DES 50 TONNES QUI MANQUENT AU POIDS DE L’AIR BUS A 320 ?

    Je vous épargnerai, le volume de l’Airbus A320, dont tous les débris, pourraient tenir dans une benne de camion , et le terrain serait évacué en qq. heures.

    Je sais que ça parait incroyable, et je suis le premier à le regretter, mais je ne peux pas faire autrement : il n’y a pas d’Airbus A320 dans ce vallon, contrairement a toutes les apparences, qui ont été mises la pour le faire croire, et c’est pas une partie de plaisir pour moi non plus d’accepter cette vérité, croyez moi. il y a 150 victimes, que certains me brandissent pour m’interdire de tenir de tels propos, classique et éculée comme méthode pour faire taire une autre vérité.

    J’ai une toute autre hypothèse, qui paraîtra toute aussi invraisemblable, mais au point où on en est avec cette histoire, je me donne le droit de tout imaginer ; c’est l’effet Charlie ! pour une autre discutions éventuelle .

    C’était ma conclusion, n’hésitez, pas à la commenter, dans l’esprit critique constructif, je suis preneur. Bonne Nuit

    J'aime

    Publié par macvv21 | 1 avril 2015, 14 h 20 min
  3. CRASH DE L’AIRBUS A 320 : UN NOUVEAU MENSONGE D’ETAT ? (par Maurice D.)
    Publié le 4 avril 2015 par Maurice D.

    Près de quinze jours après le crash du vol Germanwings près de Barcelonnette, on ne connaît toujours pas toutes les causes de la catastrophe. D’autant que la lourde machine du « cépanoucél’autre » s’est mise en route pour exonérer de toute responsabilité les États concernés, le fabricant de l’avion et la compagnie aérienne.

    Dans un crash aérien, il faut trouver un coupable sur qui rejeter la cause ou la faute, de façon crédible afin de satisfaire les familles des victimes « qui veulent savoir pour faire leur deuil » et qu’il faut dissuader de porter plainte pour éviter une enquête menée par d’autres que les spécialistes de la cachotterie du BEA.
    En second lieu, satisfaire aussi les compagnies d’assurances qui veulent un coupable pour justifier de compensations financières les plus basses possibles aux familles.
    Les cellules de psychologues qui encadrent les parents des victimes ont aussi pour mission de dresser leurs profils de manière à pouvoir les discréditer en invoquant une dépression ou un esprit complotiste en cas de dérapage auprès de la presse.

    0000 – Boite noire

    Détourner l’attention des causes réelles se fait par des affirmations trop précoces pour être honnêtes : tempête de sable, puis orage, puis problème mécanique dans le cas de l’avion d’Air Algérie, qui n’ont eu pour objet que de brouiller les pistes, semer le doute dans les esprits, convaincre que la fatalité s’en est mêlé, que l’on n’y pouvait rien « car le risque zéro n’existe pas » et que le seul responsable est « le sort funeste » qu’invoquaient les anciens grecs.
    Ensuite, chaque fois qu’un complotiste privé trouve une piste qui pourrait mener à des révélations compromettantes, ce sont des mensonges délibérés ou par omission qui, par petites touches, rétablissent le tableau officiel et discréditent cet empêcheur de mentir en rond.

    Tout ce qui pourrait servir de preuve est soigneusement mis à l’abri des curiosités malsaines. Par exemple, les téléphones portables retrouvés dans les débris de l’Airbus A320 de Germanwingsne sont pas remis aux familles mais conservés par la gendarmerie « pour exploitation dans le cadre de l’enquête », ce qui évitera que des personnes non assermentées au secret officiel découvrent des conversations ou des vidéos compromettantes qui remettraient en cause la thèse officielle du « pas de responsabilité de l’État, du constructeur et de la compagnie ».

    Dans le cas du vol Germanwings, beau temps, avion en parfait état, comment faire ? Ouf, quelques zones d’ombre dans le passé du co-pilote ont permis de monter tout un roman sur ce « petit salaud dépressif et cachotier qui aurait menti sur son passé et son futur de tueur de masse ».
    Il est mort, il ne pourra donc pas se défendre ou se justifier. En plus son ex-petite amie en rajoute et, on ne sait pourquoi, ses jugements sont estimés plus fiables que ceux des parents d’Andréas.

    images

    En reprenant les explications données jusqu’ici, il est clair qu’il y a encore des zones d’ombre dans le récit officiel.

    Avant même que les débris de l’avion aient été officiellement retrouvés, le président de la République savait qu’il n’y avait aucun survivant. Pourtant il y en avait un, le demi-frère de Schumacher, mais il est vrai qu’il n’était pas dans l’avion puisqu’il l’avait raté !

    Scénario identique à celui du vol Air-Algérie, jusqu’à ce que l’on apprenne qu’un commando de militaires français arrivés par hélicoptère avant les soldats burkinabés du général Diendéré avaient « nettoyé » le site du crash d’un Mirage 2 000 que l’on a fait passer pour celui du DC9 qui se trouve plus au Nord-Est dans la région d’Aguelhoc entre Kidal et Tessalit.

    Dans le cas de l’Airbus A 320, il est évident qu’il a explosé en l’air très peu de temps avant que la pluie des débris ne retombe sur le fond de la vallée. Mais convenir d’une explosion demanderait des explications que les pouvoirs publics n’ont de toute évidence aucune envie de fournir.
    Donc, il a explosé en percutant le fond de la vallée, dans la marne noire et friable sans laisser de trace, ce qui est géologiquement parlant indéfendable, mais qu’on s’en tienne là, s’il vous plait.

    Ensuite, il y a eu la rocambolesque histoire du New York Times révélant que la première boite noire retrouvée avait été décryptée alors que le gouvernement venait d’affirmer qu’elle était en « tellement mauvais état qu’il faudrait longtemps avant qu’un décryptage soit possible, mais le BEA y travaillait, cela va de soi ».
    Colère au gouvernement, c’est le procureur de Marseille qui est chargé de faire un récit crédible : le commandant sort, la porte claque, le co-pilote amorce la descente, on entend la respiration du co-pilote, le commandant revient, la porte est bloquée, etc.

    Bien des pilotes expérimentés d’A 320 sont surpris : il y a beaucoup de bruit dans le cockpit, au point que, pour s’entendre, commandant et co-pilote sont fréquemment obligés de mettre leur casque radio.
    Comment a-t-on pu entendre la respiration du co-pilote et le bruit faible du moteur électrique du fauteuil du commandant qui reculait pour sortir ?
    Admettons que les techniciens soient capables de décrypter les courbes sonores enregistrées et d’identifier des bruits très faibles et même extrêmement faibles, il reste un doute : qui respirait ?

    On entend une respiration, soit, mais comment prouver que c’est celle du co-pilote et pas celle d’un tiers qui aurait réussi à s’introduire dans le cockpit, peut-être avec l’accord voire l’aide du co-pilote, une seconde ou deux après que le commandant soit entré dans les toilettes sans être vu de lui ? Peut-être les hôtesses auraient-elles pu donner un signalement, mais elles ne sont plus là pour témoigner. Le co-pilote, décrit par tous comme peu fiable, aurait-il fait entrer un authentique djihadiste décidé pour mériter le paradis d’Allah à se tuer en entrainant 150 mécréants dans la mort, dont le premier soin aurait été de se débarrasser de ce co-pilote à la fidélité incertaine après lui avoir ordonné d’enclencher la descente ?

    Puisque l’on parle beaucoup de psychologie, il est surprenant qu’un garçon qui aurait, selon son ex-copine, annoncé qu’il allait faire parler de lui et que le monde entier retiendrait son nom, dont une psychiatre, Magali Bodon-Bruzel dit que « l’aspect mégalomane est évident« , n’ait pas profité de ces 8 minutes exceptionnelles qui lui offraient une opportunité formidable de revendiquer ce grand crime comme un acte volontaire et réfléchi d’un homme exceptionnel, ce qui lui aurait évité ce déballage sur sa faiblesse et sa médiocrité mentale.
    Un mégalomane silencieux, on aura tout vu !

    Comme d’habitude, la liste des passagers n’est pas communiquée, « par respect pour les familles ». Il n ‘y avait pas trente Turcs comme annoncé en premier lieu mais un seul. Il semble que tous les passagers qui n’étaient pas allemands ou espagnols aient un moment été comptabilisés comme turcs ! Il y avait quatre musulmans à bord dont deux chiites iraniens et surtout trois américains dont deux seraient des ingénieurs de très haut niveau travaillant au Pentagone sur le projet High Energy Liquid Laser Area Defense System.
    Il s’agit d’une arme qui n’est pas nouvelle, mais qui vient d’être perfectionnée et surtout très allégée, un canon laser qui combine laser liquide et solide, ce qui permet de faire une économie importante sur le lourd et volumineux système de refroidissement du laser solide, donc d’augmenter considérablement sa puissance et sa cadence de tir sur missiles, fusées et tirs d’artillerie.
    L’information publiée par un journal américain – qui insiste surtout sur la colère qu’Obama aurait manifestée en l’apprenant – n’a pas été confirmée. Mais elle est probablement exacte, ce serait alors un mobile de plus pour le tueur. De même que la présence d’ingénieurs de chez Freescale, spécialistes de l’avionique militaire et de la furtivité sur le vol malais perdu il y a un an dans l’Océan indien, très probablement près de la grande base de Diego Garcia, pourrait avoir été le mobile pour faire disparaitre MH 370.
    Seulement, dès qu’on approche d’une explication militaire, on entre dans le Secret Défense, les bouches se ferment et le mensonge d’État se trouve justifié.

    Une agence russe affirme que l’OTAN procèderait à des essais du HELLADS en Ukraine et serait responsable d’une erreur de tir du laser qui serait la vraie cause de la chute de l’A320 par la destruction de son électronique de bord.
    L’OTAN nie et il est prudent d’attendre d’en savoir plus avant de se prononcer.
    Surtout que la seconde boite noire de l’A 320 a été retrouvée. Parlera-t-elle ? Bonne question. Mais ce qu’elle dira ne serait valable que si c’était un laboratoire indépendant de l’État qui l’étudiait. Elle ne dira donc que ce qui sera conforme à la thèse officielle.
    Ce qui semble être le cas après les premières déclarations…

    Maurice D.

    J'aime

    Publié par liodefrance | 4 avril 2015, 15 h 06 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Articles récents

histoires de France

Catégories

Follow Histoires de France on WordPress.com
avril 2015
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 1 015 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :