Titre original :
L’eurodéputée Rebecca Harms
refoulée à Moscou

(crédit : Die Grüne)

[Notre sous-titre : Quand les Pro Europe/Euro/Otan s’étonnent de représailles de la part de la Russie.]
.
Article de BRUXELLES2© :

L’eurodéputée verte allemande Rebecca Harms a fait un aller et retour à Moscou aujourd’hui (jeudi 25 septembre).

Elle voulait assister au procès de Nadezhda Savchenko, une pilote de l’armée ukrainienne. L’eurodéputée n’a pas pu aller plus loin que le hall de l’aéroport. Elle a été refoulée. Considérée comme persona non grata, elle n’a pu que reprendre un prochain vol vers Bruxelles. Son statut d’eurodéputée n’a rien pu valoir.

Au contraire peut-être…

Une mesure prise en représailles contre les sanctions de l’Union européenne qui frappent plusieurs députés de la Douma russe, sans doute. Mais aussi sûrement l’envie de ne pas avoir de témoin trop gênant à ce procès. A noter que Rebecca Harms est considérée par certains sites russes ultra qui l’ont classifié sur une liste noire (avec Martin Schulz et quelques autres), comme « russophobe pathologique ».

Le procès d’une militaire ukrainienne

Nadezhda Savchenko est en effet une [femme] officier ukrainienne, âgée de 31 ans, [qui a été] faite prisonnière et accusée d’avoir fourni des informations permettant la mort de 2 journalistes russes lors d’un tir de mortier. Une femme relativement célèbre en Ukraine, car c’est une des rares pilotes d’hélicoptères (elle pilote des Mi24).

Mais tout dans son dossier est brouillon. D’une part, la commission d’enquête russe soutient qu’elle est entrée volontairement en Russie, sous le statut de réfugiée. Et c’est à ce moment-là qu’elle aurait été arrêtée. Le gouvernement ukrainien et les avocats de la jeune femme soutiennent le contraire.

Elle aurait été arrêtée en territoire ukrainien le 17 juin, alors qu’elle servait dans le bataillon Aydar comme volontaire, près du village de Metalist dans le province de Luhansk. Un autre soldat, fait prisonnier en même temps qu’elle, en témoigne.

Ensuite les accusations ne se recoupent pas avec les faits. Selon l’analyse de son téléphone portable faite par ses avocats, elle ne se trouvait pas là où l’accusation dit qu’elle était. (lire son dossier sur le site de l’ONG Open Dialog qui la soutient).

(*) MAJ – ven. 26 sept – La Haute représentante par le biais de son porte-parole a condamné vendredi ce refoulement. « We condemn the refusal, at a Moscow airport, to allow MEP Rebecca Harms enter the territory of the Russian Federation, despite her having checked with the Russian authorities before travelling » a précisé sa porte-parole. « A lack of transparency by the Russian authorities with regard to blacklisted persons is regrettable and goes against the spirit of the Visa Facilitation Agreement in place between the EU and Russia ».

(*) Ajout traduction HdF – Haute La représentante par le biais de son porte-parole a condamné vendredi ce refoulement. « Nous condamnons le refus, à un aéroport de Moscou, d’admettre l’entrée de MEP Rebecca Harms sur le territoire de la Fédération de Russie, malgré que cela avait déjà été validé par les autorités russes avant le voyage » a précisé sa porte-parole. « C’est un manque de transparence de la part des autorités russes, en ce qui concerne les personnes mises sur liste noire ; c’est regrettable et va à l’encontre de l’esprit de l’Accord de Facilitation des Visas mis en place entre l’U.E. et la Russie ».

(NGV)

Nadezhda Savchenko

 .
 Nicolas Gros-Verheyde © « B2 » ou « Bruxelles2 ». Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Ouest-France et Lettre de l’expansion. Editeur du blog. Auditeur de la 65e session de l’IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense nationale).