//
vous lisez...
Non classé

Qu’est-ce que la French American Foundation ?

new-french-american-logo1
Qu’est-ce que la French American Foundation ?

.

.

La French American Foundation (FAF) est l’une des fondations américaines les plus puissantes présentes en France. D’une rare discrétion, elle n’a pas attiré l’attention des chercheurs s’intéressant aux relations franco-américaines, malgré son influence majeure, à l’exception de Pierre Hillard (La Marche irrésistible du Nouvel Ordre Mondial, F.-X. de Guibert, 2007).

.

À l’origine, elle doit son existence à l’action d’Américains, membres du Council on Foreign Relations (CFR), le think tank américain où s’élabore la politique américaine, quel que soit le président des États-Unis. Relayant l’action d’organisations très sélectives comme le Bilderberg group ou la Commission trilatérale, la FAF, fondée en 1982 par des personnalités éminentes du monde de la politique, de l’industrie et des affaires, a joué un rôle majeur, ces dernières années, pour le retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan ou la vulgarisation du prétendu « réchauffement climatique », convaincant des vertus mondialistes et libérales anglo-saxonnes nombre de futurs ou nouveaux leaders (de droite comme de gauche), les French Young Leaders, invités tous frais payés pour des sessions aux États-Unis. Voici une étude détaillée sur ce lobby élitiste peu connu, voué à la défense de l’atlantisme.

.
Le 12 septembre 2006, Nicolas Sarközy s’exprimait devant la French American Foundation à New York. Alors prétendant à l’Élysée, il déclarait vouloir « rebâtir la relation transatlantique […] et favoriser la constitution d’une Europe politique forte et influente sur la scène internationale ».
.
La French American Foundation tire son origine du système très particulier de sélection des élites s’occupant de politique étrangère aux États-Unis. Cette opération passe de manière essentielle par le Council on Foreign Relations, une organisation regroupant environ 2 000 membres, démocrates comme républicains, qui formeront l’essentiel des cadres de  l’administration au pouvoir à la Maison Blanche traitant peu ou prou de la politique étrangère (voir les ouvrages de Yann Moncomble sur l’origine du CFR et des organisations mondialistes ainsi que nos dossiers sur le CFR).
.
À partir du début des années 1970, le CFR a multiplié les liens, les suscitant bien souvent, avec des fondations étrangères de relations internationales. Par exemple, en France, le Centre d’analyse et de prévision du Quai d’Orsay (lancé principalement et dirigé, de 1973 à 1984, par Jean-Louis Gergorin et Thierry de Montbrial) ou l’Institut français des relations  internationales du même Thierry de Montbrial, par ailleurs pilier de la Commission trilatérale. On y trouve aussi des personnages un peu oubliés aujourd’hui comme Olivier Chevrillon, cofondateur du Point, et Pierre Jouven, PDG de Pechiney.
.
Le lancement a été effectué aux États-Unis d’abord, en mai 1976, lors d’un dîner à l’ambassade de France à Washington auquel participait le président de la République Valéry Giscard d’Estaing, le président américain Gérald Ford et l’inévitable Henry Kissinger, véritable cerveau initial de la Commission trilatérale.
.
Il y fut décidé de créer une fondation destinée à renforcer les liens atlantistes, avec deux sièges, l’un à New York, l’autre à Paris. Les statuts précisent : « L’objectif de la FAF est de renforcer la relation franco-américaine considérée comme un élément du partenariat transatlantique. » Dès l’origine, la FAF dispose de fonds importants avec de très généreux donateurs comme David Rockefeller, l’un des présidents du CFR et le patron de la Commission trilatérale, Franck Carlucci, ancien président du groupe Carlyle (fonds d’investissement colossal où sont présents les Bush), ancien secrétaire adjoint de la CIA, ancien secrétaire d’État à la défense du président Reagan, John Negroponte, directeur du renseignement durant l’ère Bush Junior, ancien président du FAF américain, l’ancien ambassadeur américain en France et associé-gérant de la Banque Lazard, Félix Rohatyn, l’ancien ambassadeur de France à Washington François Bujon de L’Estang ou encore Ernest-Antoine Seillière, ancien président du Medef et de l’Unice (qui regroupe les associations patronales européennes).
.
La clé du système d’influence de la FAF est sa capacité à recruter des personnes appelées à occuper de hautes fonctions par la suite, les French Young Leaders, donc de former à l’idéologie atlantiste un grand nombre d’élites françaises, qu’elles soient de droite ou de gauche, de manière à faire de la question essentielle de l’atlantisme… une question qui ne se pose plus, cette théorie géopolitique étant devenue une évidence pour eux au lieu de constituer une alternative avec d’autres systèmes idéologiques (en particulier, l’Europe comme puissance impériale et pivot de l’axe du monde). On y trouve, comme on le verra par la suite de supposés souverainistes comme Nicolas Dupont-Aignan, des socialistes comme Arnaud Montebourg ou encore le responsable de la communication de la campagne présidentielle de José Bové, Bernard Loche. Avant d’aller plus loin, examinons la structure organisationnelle de la FAF.
.
Le Directoire de la FAF.
.
Après Pierre Jouven, ancien président de Pechiney, qui dirigea la FAF jusqu’en 1982 (lui succéderont Marceau Long, Jean Dromer, Michel Jaoui),
.
Michel-Ivan Garcin président depuis 1997 est une personnalité aussi discrète qu’influente. Né le 7 juin 1945, ce diplômé de Sciences-Po Paris et du New York Institute of Finance, titulaire d’un certificat de gestion financière de l’université de New York, a été directeur de l’Association de formation des cadres au Cameroun, responsable de la division Business Development de la Société générale à New York (1970-1971), responsable du département Corporate Development de la BNP à New York (1971-1975), secrétaire général de Lip (1975-1977), PDG de diverses sociétés en Franche-Comté et de diverses entreprises de capital-risque.
.
En fait, nombre de ses interlocuteurs doivent l’ignorer, Michel Garcin s’est occupé de Lip durant sa période « révolutionnaire », c’est-à-dire quand le gratin du gauchisme français se retrouvait chaque week-end à Besançon. Il sera donc secrétaire général de la Compagnie européenne d’horlogerie, membre du directoire de la Scop des Industries de Palente (1977-1983), etc.
.
On le retrouvera même comme conseiller municipal socialiste de Besançon de 1977 à 1983. Président du comité français de la FAF de 1997 à 2003 et président du comité directeur de la FAF depuis lors, il est également chargé de cours à Sciences-Po Paris et a été professeur associé à l’université de Cergy (2000-2008). À ses côtés,
.
Patricia Moulin Lemoine, vice-présidente. Diplômée de Sciences-Po Paris et licenciée en droit, cette avocate depuis 1972 a été chargée de cours aux Assurances générales de France (1977-1994), assistante en droit social à Paris VIII (1985-1992). Administrateur de sociétés et membre du conseil de surveillance des Galeries Lafayette, elle a participé à l’ouvrage collectif du sociologue d’extrême gauche Michel Foucault, « Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, mon frère et ma sœur. »
.
Aymard de Lastours, est le trésorier. Diplômé de l’Essec et de la Harvard Business School. Ayant débuté en Afrique occidentale, comme directeur de la Socomi, il a été secrétaire général puis directeur financier d’Eurafrep (Banque Lazard), avant de rejoindre le groupe Pechiney (Australie, Asie-Pacifique, mines de bauxite, production d’aluminium, etc.) , dont il deviendra directeur en 1985. Il est administrateur de multiples sociétés et sera président du conseil de surveillance de Nutreco France Holding jusqu’en 1998.
.
Nicole Choffel est la secrétaire générale de la FAF de 1992 à 1994, puis directrice générale jusqu’en 2002, aujourd’hui seulement membre du directoire, ancienne directrice de la communication de Foncier Conseil (filiale de la Compagnie générale des eaux, devenue Vivendi) de 1980 à 1991, elle a été également responsable de la communication de la Sonacotra (1972-1980) et journaliste à La Vie française (1954-1960). Elle est diplômée de Sciences-Po Paris, de la London School of Economics (1953-1954) et docteur en gestion (Dauphine). S’y ajoutent Charlotte Dennery et,
.
Vivien de Gunzburg. Ce dernier est le fils du banquier Pierre de Gunzburg, qui a effectué l’essentiel de sa carrière chez Alcan, et fut responsable de la FAF dans les années 70-80. Titulaire d’une double nationalité franco-belge, Vivien de Gunzburg, diplômé de l’Elsca et de l’ISG, est le fondateur de Findercod, société spécialisée dans le conseil financier (corporate finance, asset management). Il a également participé à la création, en 2002, de la société de fusions-acquisitions Stephens Financial Group. Il a également appartenu à la Banque Lazard à New York et participa à la création de Rohatyn Associates (lancée par Félix Rohatyn, bienfaiteur de la FAF). Précédemment, il avait été analyste à la Republic New York Corporation (groupe Safra) à New York, chez Sanofi Beauté à Barcelone, à la Société générale (Madrid et Hong-Kong), avant de rejoindre, en 1997, Rothschild & Cie comme analyste financier (fusions-acquisitions).  Il appartient au cercle très sélectif The Travellers.

.
Faits & Documents 271 – mars 2009

.
.

POST SCRIPTUM

Stroumpf assis

Si ces articles ont éveillé en vous le désir de ne pas rester les bras croisés, alors :
.
Inscrivez vous sur ce blog et ou sur nos pages Facebook

1) Page FACEBOOK : Les amis d’Histoire de France (Forum de discussion)
.
https://www.facebook.com/groups/297978957069601/members
.
2) Page FACEBOOK : Histoire de France (rappel des articles + commentaires)
.
https://www.facebook.com/histoiresdefrance?ref=hl
.
3° Page FACEBOOK / Perso / Lio de France (tous les articles de Lio)
.
https://www.facebook.com/delannoy2
.
Laissez un commentaire, ou attendez tranquillement chez vous, qu’on vienne vous chercher …
.
Nous contacter ? contact@histoiresdefrance.org
.
Faire un DON à O.N.G. Histoires de France®
Compte BITCOIN n° 1PFgEQ7vsD2tDKWLyfev2fQccQaEz5ePf3

PHI
 

 

Qu’est-ce que la French American Foundation ?.

Publicités

À propos de Lio de France

Lisez donc les posts de mes blogs : https://histoiresdefrance.wordpress.com http://polytechniquemines.wordpress.com http://viaducdufrioul.wordpress.com http://actionetcommunication.wordpress.com http://mercuredordefrance.wordpress.com http://atrium-center.blogspot.com http://delannoy.blogspirit.com ainsi que les blogs en français dont je corrige l'orthographe : http://chayR.blogspirit.com http://cigp.blogspirit.com http://doublegenre.wordpress.com

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Liste de liens instructifs | Histoires de France - 11 octobre 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Articles récents

histoires de France

Catégories

Follow Histoires de France on WordPress.com
août 2014
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 1 016 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :